La chirurgie mini-invasive

Contrairement à la chirurgie «à ciel ouvert», cette technique chirurgicale limite le traumatisme opératoire.

 

Pour accéder aux organes et aux tissus aisément, la chirurgie traditionnelle impose de faire des incisions larges; cela a des conséquences non négligeables:

 

- le saignement opératoire est abondant, nécessitant un prélèvement de sang autologue pré-opératoire en vue d'une éventuelle transfusion sanguine

- la douleur post-opératoire concerne tout le territoire concerné par l'intervention, et pas seulement la cible

- les séquelles à type d'adhérences au niveau des différents tissus concernés par l'incision

- les cicatrices, parfois inesthétiques et de mauvaise qualité (fibrose , chéloïdes )

- le risque infectieux non négligeable, augmentant avec la durée d'hospitalisation

 

La chirurgie mini-invasive permet au chirurgien d'atteindre sa cible par des incisions de l'ordre du centimètre grâce à l'utilisation d'instruments longs et fins, couplés à un système d'imagerie vidéo.

On parle de laparoscopie ou coelioscopie lorsque l'intervention se situe au niveau de la cavité abdominale.

 

En savoir plus sur les techiniques de chirurgie mini-invasive :